www.faune-savoie.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Milan royal 18-20
       - 
Loriot d'Europe 2020
       - 
Pouillot siffleur 18-20
       - 
Chevêche d'Athéna 11-20
       - 
Circaète Jean-le-Blanc 16-20
       - 
Effraie des clochers 11-20
       - 
Grand-duc d'Europe 17-20
       - 
Lièvre variable 10-20
       - 
Pic mar 12-20
       - 
Vautour fauve 2020
       - 
Vautour moine 2020
       - 
Gypaète barbu 17-20
       - 
Rat des moissons 16-19
       - 
Castor d'Eurasie 16-20
       - 
Muscardin 11-18
       - 
Ecureuil roux 17-19
       - 
Petit-duc scops 13-20
       - 
Aïolope émeraudine (A. t. thalassinus) 14-19
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
La faune de Savoie
 - 
Atlas
 - 
Biodiversité des communes de Savoie
 - 
Cartes de présence
Utilisation du site
 - 
Utilisation de Faune Savoie
 - 
Utilisation de l'application NaturaList
Suivis - Enquêtes
 - 
PUNAISES
  OISEAUX : STOC - SHOC
    - 
STOC, SHOC présentation
    - 
Participer au STOC EPS
    - 
Participer au SHOC
    - 
Les carrés STOC - SHOC
 - 
ENQUÊTE MORTALITÉ
 - 
OISEAUX : EPOC
 - 
ABEILLES SAUVAGES
  RAPACES
     Gypaète
       - 
Le gypaète dans la Région et en Savoie
       - 
Détermination de l'âge des gypaètes
       - 
Parlons Gypaète / Lettres d'infos réseau
     Vautours
       - 
Les vautours en Savoie
       - 
Vautours marqués
 - 
ARAIGNÉES
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 247
 
mercredi 5 août 2020
Nouvelle espèce de Cigale pour le département de la Savoie (K.Gurcel)
posté par Xavier Birot Colomb
 
samedi 18 juillet 2020
Mission hérisson, c'est parti !

La Mission hérisson, opérationnelle dès le 16 juillet, est un observatoire au long cours. Il s'agit d'une enquête de science participative dont le succès repose sur la contribution du plus grand nombre d'enquêteurs possible. N'hésitez-pas à vous en faire les ambassadeurs et à en parler autour de vous.

Objectifs ?

La Mission hérisson vise à dresser la carte détaillée de l'espèce, déterminer sa tendance d'évolution et, si les données sont suffisamment abondantes, étudier les variations de densité selon les régions et les habitats, voire tenter d'évaluer l'effectif de la population nationale

Tous ces éléments sont importants pour connaître l'état de santé d'un petit mammifère, dont le déclin est évident dans certaines régions mais hélas non documenté.

Matériel nécessaire ?

Pour participer, il faut s’équiper d’un tunnel à empreintes. Ce petit dispositif est facile à construire. Le site de Mission hérisson propose des plans précis à respecter absolument pour que les données collectées puissent être comparées. Il est aussi possible de se procurer un kit d'enquête déjà tout prêt.

Un appareil photo numérique, un smartphone, un scanner ou une photocopieuse vous permettront de numériser les relevés d'empreintes et de les poster sur le site national. Pas besoin d'avoir une grande définition.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/TunnelempreintesAntoineMEUNIER.jpg

Kit "Mission hérisson". © Antoine Meunier.

Temps nécessaire à la mission ?

Chaque session d'enquête dure 5 nuits consécutives. Les indices de présence doivent être relevés chaque matin. Cela prend quelques secondes. Les données peuvent être transmises en quelques minutes.

On peut effectuer plusieurs sessions d'enquête chaque année, en un même lieu ou dans des habitats différents et nous vous invitons à renouveler l'opération chaque année.

Comment procéder ?

Après avoir positionné le tunnel (fixé avec des sardines s'il est léger), il convient de l'appâter avec quelques croquettes, d'enduire les tampons d'encre naturelle faite à base de charbon et l‘huile végétale et de disposer deux feuilles de papier à chaque entrée du tunnel.

A partir de là, tout petit gourmand ou tout petit curieux laissera la trace de son passage. Dès lors, vous allez pouvoir jouer les inspecteurs et déterminer quelle espèce a emprunté votre tunnel. En cas de doute, la communauté des experts de la mission, vous aidera dans vos déterminations.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/Empreinteshrissonlite.jpg

Pour transmettre vos observations, pas besoin de saisie compliquée. Il suffit de faire un cliché des pages d'empreintes et de les poster sur le site missionherisson.org, développé en partenariat avec Mosaic, centre de compétence du Muséum national d'Histoire naturelle et de l'Université de la Sorbonne.

Quand ?

Quand vous le souhaitez, mais un délai de six semaines doit être respecté si vous souhaitez renouveler une session d'enquête sur un même site. Durant cette période, n'hésitez pas à positionner votre tunnel ailleurs ou à le prêter à vos proches pour que d'autres relevés soient effectués.

Où ?

Partout où vous voulez, dans le respect des règles de propriété privée. Cela peut-être votre jardin, celui de vos proches, une haie près de chez vous, le site de vos vacances, votre petit coin de nature privilégié...

Petit conseil : disposez le tunnel le long d'une structure linaire comme une haie, un muret ou un alignement de buissons.

Rendez-vous sur le missionherisson.org

Pour découvrir comment obtenir ou construire un tunnel à empreintes, tout savoir sur le hérisson, comment contribuer à l'enquête, transmettre vos observations et bien plus encore, rendez-vous sur le site de l’enquête : https://missionherisson.org

Contact : mission.herisson@lpo.fr

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/EnquteHZ.png

posté par Séverine Michaud
 
mercredi 15 juillet 2020
Nouvel atlas des oiseaux de France 2021-2024

Depuis la parution de l’Atlas des Oiseaux de France métropolitaine en 2015 (données de 2005-2012), l'avifaune a sensiblement évolué. A titre d'exemple, la Pie-grièche à poitrine rose ne semble plus être nicheuse en France. A l'inverse, l'Ibis falcinelle fait preuve d'un fort dynamisme au-delà de son bastion méditerranéen. Il semble donc important d’actualiser aujourd’hui nos connaissances.

Sous l’égide d’un Comité scientifique animé par la LPO et regroupant associatifs et chercheurs, émerge le projet d’un nouvel Atlas des Oiseaux de France. Il couvrira la période 2021-2024. Ses principaux objectifs sont de cartographier la répartition des différentes espèces d’oiseaux à l’échelle nationale, en période de nidification et d'hivernage, mais également d'améliorer l’estimation des tailles de populations. Cette information fait actuellement défaut pour près de 60% des espèces de l'avifaune nicheuse.

A l'occasion de cet ambitieux projet, dont les départements et territoires d’outre-mer font partie intégrante, l’ensemble des contributeurs de Faune-France seront mis à contribution par l’intermédiaire de leurs observations quotidiennes. Les données collectées sous forme de listes complètes, plus riches d'information, seront largement privilégiées dans les analyses envisagées.

Courant de l’automne, la méthode de prospection sera présentée, notamment par le biais de vidéos. Dans l'attente, un premier document décrit sommairement ce nouveau projet d'Atlas des oiseaux de France.

 

Photo : Pouillot siffleur, Jean Bisetti

posté par Séverine Michaud
 
vendredi 26 juin 2020
Mes journées naturalistes aux côtés des experts dans le cadre de l'Observatoire de la Biodiversité de Savoie

Certains d'entre vous ont déjà eu l'information sur ce week-end de prospection naturaliste mené sur le Parc des Bauges dans le cadre de l'Observatoire de la Biodiversité de Savoie, animé par le CEN Savoie et soutenu par le Département. Il s'agit de venir contribuer bénévolement à la connaissance de trois communes au patrimoine naturel peu connu : Allondaz, Pallud et Thénésolle week-end du 27 et 28 juin !

Un départ par commune. Le nombre de participants est limité à 9. Chaque groupe est encadré par un accompagnateur en montagne du BAAM.

Au départ d'Allondaz, la balade fait 3km avec un dénivelé positif de 150 mètres. 3km également au départ de Pallud avec 160 mètres de dénivelé et au départ de Thénésol la balade fiat 3.5km avec un dénivelé de 290 mètres.

17h30 : Goûter rencontre avec les experts naturalistes.

Inscription obligatoire au 04 79 54 97 65
Nous comptons sur votre présence et votre mobilisation pour faire de cet évènement une réussite !

A noter que ces trois communes seront prospectées par les naturalistes toute l'année, compter la faune et la flore.
Si vous êtes motivés et disponibles pour accompagner les naturalistes dans leur mission, nous vous invitons à prendre contact directement avec la structure soit en ligne http://www.parcdesbauges.com/fr/nous-contacter.html
ou par téléphone au 04 79 54 86 40, pour plus d’informations.

posté par Lpo Savoie
 
jeudi 18 juin 2020
Participez à l'amélioration des connaissances des chauves-souris en falaise: appel à bénévoles tous niveaux !

Afin de permettre une meilleure prise en compte de la présence des chauves-souris lors de projets d'aménagements et d'activités en falaise ou carrière, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes a lancé en 2019 une action régionale dans le cadre du PNA (Plan National d'Action) Chauves-souris (soutenu par la Région Auvergne-Rhône-Alpes).

 

Après une première année destinée à recueillir et analyser les retours d’expériences sur ce sujet, force a été de constater un manque important de données et de leur centralisation pour une mise en commun.

Entre autres actions, la LPO régionale a alors souhaité lancer une enquête participative destinée à la récolte de données spécifiques aux chauves-souris dont les gîtes se trouvent en falaises.

 

Une action chauves-souris où le détecteur n'est pas nécessaire!

 

Nous vous proposons ainsi de réaliser des prospections au crépuscule (60 minutes avant et 30 minutes après le coucher du soleil) ou à l’aube (60 minutes avant et 30 minutes après le lever du soleil) dans un milieu rupestre et de récolter les informations nécessaires à l’étude en complétant les fiches de saisies à télécharger ici .

Plusieurs espèces poussant des cris audibles avant la sortie de gîte, des informations intéressantes peuvent être récoltées uniquement avec une paire de jumelles (pas de détecteur nécessaire).


Une fois les données récoltées, elles pourront être saisies sur la plateforme du projet Lizmap développé spécifiquement pour cette enquête : https://sig.lpo-aura.org

Pour y accéder, vous trouverez le tutoriel de saisie et de connexion en cliquant ici.

 

Nous avons besoin de nombreux contributeurs.

Débutant ou spécialiste, cette enquête est à la portée de tous !
 

Pour toutes questions, vous pouvez contacter Christophe D’Adamo à christophe.dadamo[@]lpo.fr

posté par Lpo Savoie
 
mercredi 17 juin 2020
Oiseaux
Saisir les oiseaux par liste/formulaire

Quel est le mode de saisie le plus pertinent ?
Les scientifiques et statisticiens d'une vingtaine de pays sont unanimes : toutes les données sont intéressantes, quel que soit leur mode de collecte, mais les plus valorisables sont les données collectées par "listes complètes" au cours d'un pas de temps connu, c'est à dire celles issues de formulaires journaliers.

Pourquoi ?
Les "listes d'espèces complètes" donnent des informations sur TOUTES LES ESPECES PRESENTES (ou du moins toutes celles détectées) mais aussi sur TOUTES LES ESPECES ABSENTES (ou non détectées).

Si vous souhaitez que vos observations soient valorisables au plan local, régional, national et européen, alors il convient de se tourner, au moins partiellement, vers la saisie par formulaires journaliers sur un pas de temps de 5 à 20 minutes, et ce quelque soit la période de l'année.
Dans ce contexte, la saisie sur le terrain via NaturaList devient l'outil le plus efficace car il permet
     1) un pointage précis de chaque oiseau ou groupe d'oiseaux
     2) la réalisation d'un inventaire complet sur un site (en cochant : j'ai noté toutes les espèces).
La saisie sur ordinateur est également possible mais implique que les observations soient toutes notées sur le vif, dans un carnet, lors de votre inventaire.

En résumé

La saisie par liste (ou par formulaire) c'est :
- un point d'obs fixe de 5 à 20 minutes n'importe ou (ville, campagne, montagne, forêt, alpage...)
- une liste complète, l'observateur s'engage à noter tout ce qu'il voit et/ou entend
- à faire tous les jours, plusieurs fois par jour si le coeur vous en dit, ou au moins une fois de temps en temps
    ex : chaque fois que je me rend à l'étang des aigrettes je saisis un formulaire des 10 premières minutes, et ensuite j'ajoute les autres espèces en obs ponctuelle
    ex : à chaque pause de ma rando en montagne je fais un formulaire de 5 minutes
    ex : j'attends mon train dans 20 minutes, un formulaire
    ex : je fais une pause café à 10h, un formulaire
etc...

Les tutos sont ici :

saisir un formulaire sur Faune Savoie/Faune France

saisir un formulaire sur NaturaList

Bonnes observations,

L'équipe de Faune Savoie (inspirée par Faune France)

posté par Xavier Birot Colomb
 
mardi 9 juin 2020
Oiseaux
A la recherche du Pouillot siffleur

Cette année en Savoie, cet oiseau est observé en nombre plus important que d’habitude. Pour essayer de quantifier au mieux cet événement, nous demandons aux observatrices et aux observateurs de porter une attention soutenue à cette espèce en diminution en Europe.

Le pouillot siffleur est un oiseau forestier qui habite les forêts âgées, sans sous bois et sans végétation au sol.  En Savoie, il fréquente la hêtraie que l’on peut trouver dans presque tous les contreforts de nos montagnes entre 1000 et 1400 m. C’est dans ce milieu qu’il faut le rechercher. Nous vous engageons à prioriser vos recherches ornithologique sur ces secteurs….

Les retours de migration commencent en avril, le cantonnement s’effectue autour de la mi-avril et la nidification proprement dite se déroule de mai à juin.
Chez cette espèce, le sex-ratio est déséquilibré (jusqu’à 3 mâles pour 1 femelle) et 1 mâle peut s’accaparer plusieurs femelles, ce qui entraine un nombre de mâles célibataires non négligeable. La présence d’un mâle territorial pendant la période de nidification ne peut donc suffire pour prouver la nidification. Il est indispensable de passer sur des critères plus absolus : construction, nourrissage, accès au nid. Après la période de cantonnement et de parades, le pouillot devient discret. Il reste repérable à ses cris.

le Protocole de recherche comporte deux étapes :
       - Repérage des mâles cantonnés de mi-avril à début mai (la repasse donne de bons résultats).
Pour cette étape, les sites où le pouillot siffleur a été noté comme nicheur possible ou probable sont à privilégier. Sur le site faune-savoie voir la cartographie
       - Recherche de la preuve de nidification sur les sites où un cantonnement a été suspecté.
Pour vérifier qu’un site repéré en avril ou mai est toujours occupé avant d’engager la recherche des preuves de nidification, la repasse peut aider mais doit être utilisée avec parcimonie pour ne pas perturber inutilement la nidification.
 

Le chant est très caractéristique mais c’est surtout avec son cri que l’on peut le repérer en dehors de la période de chant.  Nous vous invitons à vous rendre sur le site de Xeno-Canto pour l’écouter : https://www.xeno-canto.org

Voici deux photographies ainsi qu'une descritpion des critères d'identification:
- Front, calotte, nuque et dos verts.
- Gorge, joue, parotides et sourcil (très marqués de part et d’autre de l’oeil) sont jaunes.
- Trait sourcilier bien évident.
- Poitrine, ventre, flanc et sous caudales blancs purs. Bord des tertiaires de couleur jaune.
La projection des rémiges primaire est égale à la longueur des rémiges tertiaires (c’est très visible sur cette photo) ce qui lui donne une aile très longue…et une queue "courte".